Lectures

From Above. War, Violence and Verticality

Peter Adley, Mark Whitehead, Allison J. Williams (Ed.), Hurst & Company, Londres, 2014, 376 p.

Celui qui étudie l’aviation ou la stratégie aérienne le fait souvent en prenant en compte des paramètres techniques, tactiques ou stratégiques. Or, les auteurs de cet ouvrage, liés à la géographie humaine, examinent les choses sous un autre angle – littéralement. Il n’est donc pas tant question d’aviation que de perspective des opérations, une donnée extrêmement importante lorsque l’on examine l’usage de la troisième dimension à l’aune de la théorie des espaces fluides/solides. Elle permet ainsi à certains auteurs de chapitres de revenir sur des questions telles que le camouflage des installations ou encore l’établissement de cartes « en mosaïques ». En treize chapitres, les auteurs partent du ballon pour en arriver au satellite en adoptant une perspective qui est tout à la fois non-stratégique et très stratégique. Comme souvent lorsqu’il s’agit des « études critiques », il ne s’agit pas tant d’expliquer que de relater, non parfois sans un allégorisme lyrique qui semble plus légitime dans une galerie d’art ou au théâtre que dans une université. On aurait cependant tort de se priver de la lecture de cet ouvrage : il touche directement à l’identité mais aussi à la vision et aux modes opératoires des aviateurs. En ce sens, c’est un certain regard posé sur la stratégie aérienne – et peut être même dans son ADN. Au surplus, il aborde la question, beaucoup trop rarement traitée, à notre goût de la question de l’altération du moral dans la conduite d’opérations aériennes. Agréable à la lecture, il fait partie de ces ouvrages qui ne sont pas à étudier mais à méditer et qui permettra certainement à nos futurs aviateurs d’exercer leur anglais sans en avoir l’air. J.H.

Pin It on Pinterest

X