Lectures

Penseurs de la stratégie

Jean Baechler et Jean-Vincent Holeindre (Dir.), Coll. « L’Homme et la guerre », Hermann, Paris, 2014, 296 p.

L’ouvrage constitue les actes de deux journées d’études sur le thème idoine et tenues en juin 2012 et mai 2013. Au final donc, 24 contributions sont proposées au lecteur, introduites par Jean Baechler. Toutes les contributions ne reviennent pas sur un auteur en particulier. B. Heuser revient ainsi sur l’étymologie du terme « stratégie » et Jean-Claude Cheynet analyse la pensée stratégique byzantine. Thierry Wideman analyse quant à lui la pensée stratégique française des Lumières à l’aune de Folard, Maizeroy et Guibert tandis qu’Olivier Schmitt analyse les théories de la guerre irrégulière. T. Lindemann revient quant à lui sur la relation entre guerre absolue et guerre totale à l’aune de Clausewitz et Ludendorff. D’une manière encore plus transverse, B. Durieux s’interroge sur la nature clausewitzienne des pensées militaire et stratégique françaises avant que Jean Baecher ne conclue sur le raisonnement stratégique per se. Le reste des contributions se focalisent sur un penseur ou acteur en particulier ce qui permet, pour le coup, de traiter la question plus en profondeur. Christine de Pisan, Ibn Khaldoun, Machiavel, Vauban, Frédéric Le Grand, Napoléon, Jomini, Clausewitz, Mahan, Douhet, Svetchine, Liddell Hart, Galula, Aron et Coutau-Bégarie. Qu’en penser ? L’ouvrage a le défaut de ses qualités : comme tout livre en direction, le traitement des thématiques est variable – il faut toutefois souligner, d’une manière générale, le haut niveau – d’autant plus lorsque que des questions très vastes sont abordées. On peut certes regretter les choix de penseurs : Douhet ou Mahan sont-ils les plus pertinents pour montrer la richesse des stratégies aériennes et navales ? Cette critique, au demeurant, est propre à nombre d’ouvrages de ce type, jusqu’aux plus illustres et doit également être relativisée : ces ouvrages ne sont que des introductions à la pensée de ces auteurs. En l’occurrence, celle-ci sera plus qu’utile : rares sont en effets les ouvrages en français relevant de cette catégorie et le lecteur le lisant y trouvera une assise solide pour ses réflexions. A conseiller fortement donc. P.L.  

Pin It on Pinterest

X