Lectures

Les routes de la liberté. La logistique américaine en France et en Allemagne, 1944-1945

Nicolas Aubin, Paris, Histoire & Collections, 2014, 224 p.

C’est sous la forme d’un album illustré grand format – un « beau livre » – que se présente l’étude de Nicolas Aubin sur la logistique américaine pendant la campagne de libération de l’Europe occidentale en 1944-1945, que nous avions manqué lors de sa parution en 2014. Disons-le d’emblée, celle-ci est destinée à constituer pour longtemps la référence en la matière, et regorge d’informations et de réflexions qui seront utiles tant à l’historien militaire qu’au stratégiste. Agrémenté de nombreuses photos – superbes – mais aussi de multiples cartes, schémas et organigrammes, l’ouvrage nous fait ainsi entrer dans le fonctionnement de la machine logistique de l’US Army pendant la Deuxième Guerre mondiale jusque dans ses moindres détails. Particulièrement intéressants sont les liens tissés entre la logistique et la doctrine tactico-opérationnelle de l’Army, qui souligne à quel point la logistique ne se limite pas au simple soutien – « l’intendance » – mais fait au contraire partie intégrante de la pensée opérationnelle : les difficultés américaines en la matière, et le divorce progressif entre la conduite effective des opérations et le soutien de celles-ci, de plus en plus difficile au fil du temps, permet ainsi d’affirmer que l’US Army n’a alors pas de pensée véritablement opérative : elle n’est pas pleinement capable d’intégrer les différentes composantes opérationnelles en un ensemble cohérent même si, comme le souligne N. Aubin, cette intégration est largement faite à la fin du conflit, permettant à l’auteur de dire que les Américains sont bel et bien les « inventeurs de la logistique opérationnelle […] c’est-à-dire intégrée aux opérations elles-mêmes ». Il met également en évidence la dimension bureaucratique des institutions militaires, et le poids de l’administration de la guerre sur la conduite de celle-ci, une autre dimension largement ignorée par la pensée militaire. Enfin, la comparaison des systèmes logistiques américain, allemand et soviétique vaut à elle seule la lecture de l’ouvrage. Et si, selon le mot prêté à Eisenhower, « les amateurs parlent tactique tandis que les professionnels parlent logistique », Les routes de la liberté a sa place dans la bibliothèque des uns comme des autres, l’ouvrage faisant en permanence le lien entre l’effort logistique et le déroulement des opérations. B.B.

Pin It on Pinterest

X