Lectures

Occupied

Jo Nesbo, Erik Skjoldbjaerg et Karianne Lund, série, 10 épisodes, 2015. 

Récemment diffusée sur Arte, cette co-production avec la Norvège pose une question stratégiquement intéressante : que faire face à une invasion qui ne dit pas son nom ? Plier ? Résister ? Comment alors ? Certes, le postulat de départ est peu crédible : dans un futur très proche, l’Union européenne mandate la Russie pour s’assurer que la production de pétrole et de gaz se poursuive en Norvège, dont le Premier ministre écologiste a arrêté l’extraction. Le tout dans un contexte où les Etats-Unis se sont retirés de l’OTAN et ont adopté une posture neutre. Mais une fois cette couleuvre avalée, le spectateur peut observer le « laboratoire Norvège » de différents points de vue, du niveau politique à celui de gens ordinaires, services de sécurité, armée et journalistes compris, sans oublier celui des Russes eux-mêmes. Le scénario, en évitant le manichéisme facile et en s’appuyant sur des acteurs au jeu impeccable, montre avec finesse et justesse les contraintes pesant sur les uns et les autres face à une occupation « douce » où les logiques de politique intérieure croisent celles liées à la politique international et au rapport à la force. On contemple ainsi la difficulté même du jeu politique – en particulier dans ce genre de contexte – mais aussi ses limites intrinsèques de la politique face au ressentiment des populations. Alors qu’il est tellement question de résilience de nos jours, ce paradoxe mérite amplement d’être médité : à un moment, le citoyen ne peut s’exonérer de ses convictions, tout comme l’Etat ne peut l’y inciter. Le résultat, nonobstant quelques incohérences sans guère d’incidence, est assez convainquant et l’on se prend à regretter que la série ne comptera que ces seuls dix épisodes. P.L.   

Recension publiée dans DSI n°121, janvier-février 2016

Pin It on Pinterest

X