Lectures

Hybridité et guerre hybride

Stratégique no 111, ISC, Paris, 2016, 212 p.

La guerre hybride est un concept devenu à la mode, malheureusement sans que ses tenants et aboutissants soient nécessairement bien compris, autant du point de vue de ses contempteurs que de celui de certains de ses utilisateurs. En particulier, sa mobilisation par l’OTAN afin de caractériser les actions russes en Ukraine est douteuse, entre redécouverte de la stratégie intégrale de Poirier et « porte de sortie stratégique acceptable » sous couvert de sidération. Il n’en demeure pas moins que le concept, certes nouvellement caractérisé tout en étant historiquement ancien, rend compte de plusieurs problématiques, technico-tactiques ou opératives. À cet égard, ce numéro dirigé par Joseph Henrotin est l’occasion d’analyser en profondeur le concept, sous des angles inédits, avec sept contributions. Au-delà de la contextualisation du débat (J. Henrotin), elles portent sur une pensée de l’hybridité à travers Beaufre (H. Pierre), Mao (M. Bouzoumita), l’art opératif (E. Tenenbaum), le cyberespace (S. Taillat), l’OTAN et la Russie (G. Lasconjarias) et l’évolution des savoir-faire irréguliers dans le domaine maritime (H. Eudeline). Si le débat en la matière n’est certes pas épuisé, il est cependant largement approfondi. Par ailleurs, le numéro comporte également un article, très complet, de Thibault Persegol sur la confrontation symbolique russo-otanienne en Baltique ; et un autre d’Audrey Hérisson qui livre une passionnante analyse du chapitre « 1227 – traité de nomadologie » de Mille plateaux de Deleuze et Guattari, de même qu’un entretien avec Gérard Chaliand autour de son dernier ouvrage. P. L.

Recension publiée dans DSI n°125, septembre-octobre 2016.

Pin It on Pinterest

X