Lectures

Marchands d’armes. Enquête sur un business français

Romain MIELCAREK, Coll. « Au fait », Tallandier, Paris, 2017, 109 p.

Bien connu de nos lecteurs, Romain Mielcarek se lance ici dans un exercice de vulgarisation journalistique autour de la question des ventes d’armement, mais aussi du discret petit monde qui l’entoure. Ce faisant, il opère un tour d’horizon complet, des vendeurs d’armements aux professeurs les formant, en passant par les secteurs militaire et politique – de même que par les anciens des armées travaillant dans le monde industriel. Illustré de quelques belles planches et accompagné de quelques tableaux et graphiques en annexes, l’ouvrage n’oublie pas de prendre en considération les raisons des uns et des autres et de remettre en question les mantras autour de la souveraineté nationale, de la création d’emplois – le secteur pèse lourd du point de vue de la politique économique –, mais aussi de la diplomatie, y compris lorsque le vent tourne. L’examen des différents aspects, qui prend également en compte le point de vue des associations et des « anti » ou encore des spécialistes de la communication, est équilibré et ne verse pas dans le travers d’un « pour ou contre » auquel le sujet pourrait facilement se prêter. L’ouvrage, de ce point de vue, est à prendre comme l’entrebâillement d’une porte sur un monde très particulier où le film Lord of War apparaît rapidement comme une caricature au vu des questionnements que les uns et les autres exposent à l’auteur. Il se termine par un point d’interrogation et la question, très pertinente, du rapport réel à la souveraineté par l’industrie de défense, qui est bien plus complexe que la seule fourniture des moyens aux armées. L’ouvrage, bien écrit, se lit comme un roman et mérite d’autant plus considération qu’assez peu de choses sont produites en France sur la sociologie du monde de l’armement. P. L.

Recension publiée dans DSI n°130, juillet-août 2017

Pin It on Pinterest

X