Lectures

Les Français en guerres, de 1870 à nos jours

François COCHET, Perrin, Paris, 2017, 541 p. 

Historien prolifique, François Cochet publie un très beau volume qui est, en même temps, une véritable gageure par l’étendue du champ traité. L’auteur ne produit pas seulement une « histoire militaire » de la France, mais une histoire totale, dont témoigne une structuration en trois parties : « Qui combat ? », « Pour quoi les Français se battent-ils ? » et « Les visages du combat ». L’approche retenue permet ainsi de croiser différentes histoires : militaire stricto sensu, mais aussi sociale et technologique, dans une belle unité, très fluide, faisant interagir l’homme et le pays. Corollaire logique, l’auteur commence son étude à partir de 1870 et pas avant, ce qui permet certes de réduire la taille de l’ouvrage, mais surtout d’approcher son objet d’une manière plus fine et finalement plus contemporaine. Concrètement, le travail réalisé n’est pas que descriptif. À travers tout l’ouvrage semble résonner une interrogation sur la finalité de l’engagement, qui trouve son point d’orgue dans le dernier chapitre, qui rappelle qu’il faut attendre 1950 pour voir la première commémoration de la guerre de 1870 – 80 ans plus tard donc. La réflexion de l’auteur montre ainsi la relation étroite entre guerre et politique sur nombre d’aspects, jusqu’aux plus polémiques. On ne peut donc s’empêcher, à cette lecture, de garder en tête les débats de cet été sur la place d’un CEMA de plus en plus cantonné, par un glissement historique, à une place d’exécutant technique. Or un des propres de cet ouvrage est de montrer que le Français qui s’engage au péril de sa vie ne le fait pas pour être un maillon technique, presque déshumanisé. Que lui répond alors le politique, à qui l’opinion publique reproche de plus en plus souvent – comme en écho à la condition militaire – de s’éloigner de ses préoccupations ? On le devine, ce travail n’est pas uniquement une superbe synthèse, intelligente et exhaustive : comme tous les bons ouvrages, il incite à la réflexion et pose des questions qui ne trouveront pas immédiatement de réponses. C’est d’autant plus le cas qu’il est bien écrit et qu’il est accompagné de quelques cartes, mais surtout d’un dense appareil de références. Clairement, un ouvrage de référence si l’on s’intéresse aux Armées françaises. J. H.

Recension publiée dans DSI n°132, novembre-décembre 2017

Pin It on Pinterest

X