Lectures

Histoire militaire de la France. 1. Des Mérovingiens au Second Empire

Hervé DRÉVILLON et Olivier WIEVIORKA (dir.), Perrin/Ministère des armées, 2018, 864 p.

Un monument. Ce premier tome – le deuxième étant paru fin septembre – est d’abord une histoire très complète au sens chronologique, mais aussi au sens méthodologique. On est ici loin d’une approche centrée sur l’histoire-bataille pour prendre en compte, au fil du déroulement historique, les dimensions politique, sociale, culturelle, économique, technique, mais aussi conceptuelle, avec leur foule de débats. C’est aussi l’histoire de la relation du politique au militaire (et vice-versa), avec ses débats, mais aussi ses coups de force. C’est donc bien une « histoire militaire » comprise au sens large de tout ce qui fait l’efficacité d’une force et pas uniquement l’histoire des armées. Plus encore, c’est, en vertu des liens entre la France et ses armées, une quasi-histoire de France sous l’angle militaire, en évitant l’écueil du roman national que certains craignaient par un commencement à l’époque mérovingienne. S’appuyant sur de nombreuses références, les cinq auteurs ont réalisé une prouesse qui va sans doute décevoir les tenants d’une approche exhaustive, notamment sur la période napoléonienne, mais qui relève également d’une gageure. De facto, l’approche retenue implique autant une écriture synthétique et devant rester accessible – ce qu’elle fait très bien, l’ouvrage étant un vrai roman, rigueur scientifique en plus – que la prise en compte des dimensions maritime et coloniale. Illustré de cartes et de dessins, l’ouvrage est doté d’un index et d’une bibliographie par chapitre, de même que d’un appareil de notes qui a le défaut, sur un ouvrage de cette épaisseur, de se trouver à la fin. Nonobstant ce détail d’ergonomie, le pari, que les directeurs situent comme un héritage des travaux d’André Corvisier, est franchement réussi. Au travers de six parties chacune écrite par un seul auteur – un gage de cohérence –, le tableau dressé est saisissant et constitue indubitablement une référence. P. L.

Pin It on Pinterest

X