Lectures

The Decline of European Naval Forces. Challenges to Sea Power in an Age of Fiscal Austerity and Political Uncertainty

Jeremy STÖHS, Naval Institute Press, Annapolis, 2018, 290 p.

L’évolution des forces navales européennes est, à juste titre, un sujet d’inquiétude pour l’auteur de cet ouvrage. Après avoir rappelé les fondamentaux de la puissance maritime et exploré les conséquences du pivot vers l’Asie des États-Unis, il examine, en huit chapitres, l’évolution récente de onze marines européennes. Ce faisant, l’auteur fait la démonstration d’une réduction quantitative nette et généralisée, tout en montrant la permanence des stratégies navales nationales. Le dernier chapitre démontre ainsi le paradoxe qui, pour être bien connu, n’en est pas moins apparent : alors que l’Union européenne est une superpuissance économique et que ses forces, du moins sur le papier, sont plus que respectables, la fragmentation politique joue à plein. Certes, l’OTAN ou l’Union européenne sont des facteurs de compensation, notamment en poussant à des standards d’interopérabilité. De même, des coopérations sous-régionales émergent. Mais cela ne suffit évidemment pas à compenser une diminution quantitative d’autant plus paradoxale que l’Europe est riche – techniquement, elle ne l’a d’ailleurs jamais été autant. D’autres facteurs entrent en ligne de compte dans l’actuelle réduction capacitaire, comme la très délicate question du recrutement, dont le traitement plus approfondi aurait sans doute profité à l’ouvrage ; ou encore l’accroissement des performances des systèmes, bien abordé. Bien écrit et didactique, ne souffrant que de peu d’erreurs – la France ne disposait malheureusement pas de trois porte-avions en 2000 –, il permet de donner une bonne vision de l’évolution des marines depuis la fin de la guerre froide. En ce sens, c’est une bonne synthèse qui permet de prendre la mesure de l’ampleur des coupes opérées. J. H.

Pin It on Pinterest

X